Les Forces armées turques saisissent des mines antipersonnelles à Afrin

14 février 2018 - 987 vues

Des mines terrestres antipersonnelles, interdites par le Traité d'Ottawa, ont été découvertes dans la région syrienne dans le cadre de l'opération en cours.

 

ANKARA (AA) - De nombreuses mines terrestres antipersonnelles, interdites par le Traité d'Ottawa, ont été retrouvées dans des zones libérées des terroristes dans les cadre de l'opération Rameau d'olivier en cours menée par les Forces armées turques (TSK) et l'Armée syrienne libre (ASL) dans la région d'Afrin en Syrie.

Le 20 janvier, la Turquie a lancé l'Opération Rameau d'olivier pour éliminer les terroristes du PYD / PKK et de Daech d'Afrin, au nord-ouest de la Syrie.

Depuis lors, de nombreux types d'armes, de munitions, d'outils et de matériel ont été saisis.

Plusieurs mines terrestres antipersonnelles ont également été trouvées dans des zones débarrassées de terroristes du PKK / PYD / YPG entre samedi et lundi.

Le Traité d'Ottawa, qui interdit les mines antipersonnelles, a été ratifié (ou adhéré) par 163 pays depuis son entrée en vigueur en 1999.

Les mines, difficiles à détecter, constituent une grande menace pour les civils vivant dans la région.

Les mines antipersonnelles causent la mort ou des blessures à des centaines de civils innocents et sans défense, en particulier les enfants, chaque année en Syrie.

Les mines entravent également le retour des réfugiés et des personnes, exposées à la migration interne, dans leurs foyers.

Au cours de l'opération Rameau d'olivier, de nombreux abris, cachettes et sites en bétons, abandonnés par les terroristes du PYD / PKK et de Daech, ont également été saisis.

Selon l'état-major général turc, l'opération dans l'enclave d'Afrin, frontalière à la Turquie vise à établir la sécurité et la stabilité le long des frontières de la Turquie et de la région, ainsi qu'à protéger les Syriens contre l'oppression et la cruauté des terroristes.

L'opération est menée dans le cadre des droits de la Turquie basés sur le droit international, les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, ses droits d'autodéfense en vertu de la Charte des Nations Unies et le respect de l'intégrité territoriale de la Syrie.

Les militaires ont également déclaré que seules des cibles terroristes étaient détruites et que "les plus grands soins et la plus grande sensibilité" étaient accordés pour ne pas blesser les civils.

 

 

Ümt Dönmez

Photographie : Soner K?l?nç, Agence Anadolu